L’Institut de la médiation dans l’espace francophone (I.M.E.F.) au Québec !

Délégation IMEF

Par Éric Battistoni et Daniel Courbe, IMEF

Durant la deuxième quinzaine d’août, une délégation de l’IMEF a participé à une rencontre Québec-Europe sur le thème de la médiation.  Grâce à nos amis et partenaires québécois, nous avons ainsi pu rencontrer les divers aspects de la médiation et son évolution vers une justice plus participative.

Tout d’abord, l’Université de Sherbrooke, l’Université de Montréal et l’Université Laval à Québec nous ont apporté leurs éclairages théoriques respectifs, mais aussi les savoirs de pointe dont elles pouvaient s’enorgueillir en matière de médiation.

Ensuite, nous avons rencontré les juges de la Cour supérieure du Québec et les membres de l’IMAQ.  Tous nous ont fait l’amitié de partager avec nous les forces et faiblesses des pratiques qui irriguent la médiation québécoise depuis plus d’une dizaine d’années.

Plus spécifiques sont les médiations œuvrant en contexte d’autorité. Nous avons pu rencontrer les médiateurs devant protéger la jeunesse face à des parents qui mettent en péril la santé de leurs enfants, mais aussi, les médiateurs en charge des dossiers relatifs à des délinquants mineurs, ou enfin, les responsables de la médiation en milieu scolaire, là où beaucoup de choses commencent.

Nous les remercions vivement tous pour ce partage, pour l’échange sur les compétences, pour la volonté d’agir qui est la leur.

De tout cela, nous retiendrons d’abord cet accueil qui nous a été fait; il se caractérise par une très grande bienveillance, elle nous a souvent réjouis.  La médiation n’est pas qu’un processus théorique et désincarné.  C’est surtout un lien humain qu’il nous fut heureux de découvrir !

Au Québec, en quelques années, la médiation s’est implantée véritablement.  « Véritablement », cela signifie non plus comme une procédure alternative à la justice classique, mais comme une manière parfois mieux adaptée d’aplanir tensions relationnelles, différends, litiges et conflits, avec la productivité accrue que garantit un climat relationnel serein.

Dans le monde très latin qui est le nôtre (Belgique, France, Suisse), ce courant reste encore assez marginal; constater son développement au Québec nous rassure quant à notre propre avenir.  La voie est tracée, il y aura encore de nombreux pas à faire ensemble : la justice sera plus participative avec une bonne coopération entre tous ses médiateurs, gage d’émulation de ses acteurs justiciables.

L’IMEF a pour but de rassembler les médiateurs francophones afin de faire progresser la pratique d’une justice impliquant toutes les parties prenantes.  Nous invitons bien sûr tous les membres de l’IMAQ à nous rejoindre lors de nos prochaines réunions, ainsi que les magistrats et professeurs qui nous ont si fort intéressés, afin de poursuivre en commun ce qui est à la fois pour nous un travail et une passion.