Les rencontres prémédiation – Quoi et comment ?

marie-josee douvillePar Marie-Josée Douville (photo) et Céline Vallières

Le 3 avril 2014, le Cercle de Québec a organisé un déjeuner avec ses membres de la grande région de Québec qui portait sur les rencontres de prémédiation. Cet atelier échange animé par Marie-Josée Douville, présidente du Cercle et Céline Vallières, secrétaire, a permis de dégager plusieurs des raisons qui incitent les médiateurs à les utiliser. La quinzaine de participants a répondu quasi unanimement avoir recours à ces rencontres.

Toutefois, de l’appellation jusqu’au contenu de ces rencontres, il semble exister plusieurs nominations et modèles d’intervention. S’il est acquis qu’on y présente le protocole de médiation, certains iront plus loin en explorant l’histoire, en recherchant des pistes d’options ou en prodiguant des enseignements.  L’objectif de l’échange n’était pas d’arriver à un modèle unique, mais plutôt de s’ouvrir à la diversité des approches ce qui permettait à chacun de s’enrichir. Nous vous présentons les objectifs de séances de pré-médiation regroupés sous trois axes principaux.

  1. Sur la création du contexte de la médiation, les séances de prémédiation visent à :
    • Offrir des enseignements par rapport au processus
    • Vérifier la compréhension sur la médiation et lire le protocole
    • Écouter les attentes des parties
    • S’assurer de l’engagement des parties
    • Mesurer la volonté des parties
    • Demander l’autorisation d’agir
  2. Concernant la stratégie du médiateur, les séances de prémédiation visent à :
    • Jauger la distance entre les parties selon le résultat attendu par chacune d’elle
    • Établir si la médiation est le bon processus
    • Enseigner aux parties sur le « comment dire » en médiation
    • Permettre au médiateur de structurer la médiation et d’établir sa stratégie d’approche
    • Sécuriser le médiateur, car il sait dans quoi il s’embarque
    • Vérifier la volonté organisationnelle de régler le conflit et les impacts de l’organisation sur le conflit via les yeux des parties
  3. Concernant les enjeux relationnel et émotionnel, les séances de prémédiation visent à :
    • Permettre au médiateur de faire preuve d’empathie. Celle-ci peut sommairement se définir comme l’accueil de l’autre sans jugement
    • Permettre aux parties de se sentir entendues à l’intérieur d’une zone « protégée »
    • Faire baisser les émotions afin d’avoir accès à la raisonnabilité
    • Gérer l’agressivité si elle est présente
    • Créer un lien de confiance :
      • envers le processus
      • envers le médiateur
      • de la partie envers elle-même
      • de la partie envers l’autre
    • Créer un cadre sécuritaire
    • Établir les fondations de la médiation et vérifier que les parties se sentent mûres pour la médiation
    • Expliquer l’impartialité du médiateur et en faire preuve (Je vous crois entièrement et je crois entièrement l’autre partie)

À la fin de cet échange d’environ 1h15, les participants ont conclu que les séances de prémédiations sont véritablement un « incontournable ». Celles-ci peuvent parfois faire la différence entre la réussite de la médiation et l’échec dans le sens où il n’y aurait pas d’entente.