Mot du nouveau président de l’IMAQ

pierre grenier(petite)Me Pierre D. Grenier, médiateur accrédité

C’est avec un grand plaisir et un enthousiasme renouvelé que j’entame ma sixième année au sein de l’IMAQ. J’ai le privilège de vous écrire ces quelques lignes dans mes nouvelles fonctions de président.

Mon intérêt dans notre grande organisation découle avant tout de la qualité et du dévouement sans relâche des professionnels qui la composent. L’énergie déployée pour promouvoir, tant sur le plan local qu’international, l’utilisation des moyens de prévention et règlement de différends s’est reflétée par des gains importants en termes de crédibilité tant pour notre Institut que pour la pratique de nos membres à titre de médiateur ou d’arbitre.

En effet, ces gains se sont caractérisés au cours des dernières années notamment par une très forte croissance dans le nombre de membres; par des partenariats stratégiques et associations avec des institutions d’enseignement supérieur (Université de Sherbrooke, Université McGill) et d’autres organisations œuvrant dans le même domaine tel que l’IAMC, l’ABC, l’ANM et l’IMEF; par des interventions bénéfiques et le dépôt de mémoires dans le cadre des travaux visant l’adoption du projet de loi 28 instituant le nouveau Code de procédure civile, des travaux de la Commission Charbonneau, et auprès du ministère du Travail et du Conseil du trésor; par la tenue de plusieurs colloques et forums spécialisés qui ont fait l’objet de commentaires élogieux de la part des participants; par les nombreuses ententes avec des institutions publiques et privées pour offrir des services de consultation, de greffe et de référencement pour nos membres médiateurs et arbitres; par la création de nouveaux comités de travail et de cercles régionaux et la poursuite des travaux des comités existants dans lesquels nos membres se sont investis à la réalisation d’objectifs communs; et finalement par la venue de nouveaux administrateurs hautement compétents qui vont, j’en suis certain, assurer la pérennité de notre organisation.

Je dois également souligner les avantages du caractère multidisciplinaire de notre Institut : nos membres sont des spécialistes des processus et spécialistes des champs d’activités dans lesquels ils œuvrent. Aucune autre organisation n’offre un tel éventail de compétences dans le même domaine de pratique de la médiation et de l’arbitrage. Ainsi, les parties peuvent réellement trouver « chaussures à leurs pieds » pour les aider à solutionner leurs différends.

Une autre initiative importante pilotée par notre président sortant Thierry Bériault en 2012-2013 était de doter l’IMAQ d’un plan stratégique pour nous permettre de concentrer nos énergies et nos ressources sur un horizon de trois ans. Le résultat de cette planification stratégique a permis à notre conseil d’administration de déterminer pour l’exercice 2014-2015 les grandes priorités suivantes de l’IMAQ :

  1. Faire de l’IMAQ un joueur incontournable dans la mise en œuvre du nouveau Code de procédure civile, notamment, au niveau de la formation et de l’accréditation;
  2. Poursuivre activement nos partenariats stratégiques avec les institutions publiques et privées, de même que les institutions d’enseignement supérieur;
  3. Développer de meilleurs moyens de communication;
  4. Augmenter notre membership;
  5. Adopter des règles de gouvernance adaptées à la croissance de l’IMAQ.
  6. Les défis et les moyens pour réaliser ces objectifs sont certes importants et stimulants; toutefois, les retombées positives pour notre société auxquelles l’IMAQ et ses membres pourront contribuer de manière significative dans le cadre de cette nouvelle impulsion législative seront encore plus valorisantes.

Ceci dit, il est clair dans mon esprit que la persévérance démontrée par nos membres et dirigeants de l’IMAQ de même que notre vision collective sont les véritables moteurs qui nous ont permis et nous permettront d’atteindre et même d’excéder nos objectifs.